Video Musculation Bodybuilding

Video Musculation Bodybuilding

France

Programme fitness biceps

E-mail
Programme de musculation - Entraînement
DE PLUS BEAUX BICEPS EN 2 TEMPS 3 MOUVEMENTS

DE PLUS BEAUX BICEPS
EN 2 TEMPS 3 MOUVEMENTS
PAR MICHAEL BERG

POUR MIEUX MODELER VOS BRAS, ESSAYEZ LA NOUVELLE APPROCHE DE BETH HORN, PROFESSIONNELLE DE FITNESS


Fermez les yeux et imaginez l’exaltation nerveuse à l’entrée en scène, au moment de voir, sous la lumière impitoyable des projecteurs, la consécration de centaines d’heure de pratique, de sueur, de souffrance et de larmes. En deux minutes, tous les efforts peuvent être récompensés — ou balayés sans plus de façon.


Imaginez maintenant ce moment où cesse le doute de soi, où l’adrénaline envahit chaque fibre musculaire et où votre corps se transforme en une vitrine de vos talents. Prêtez l’oreille au public qui pousse des oh! et des ah! d’admiration et de respect à chaque temps fort de votre routine et dont l’appréciation est la récompense triomphale de tous les sacrifices endurés. Ces innombrables jours et semaines passés loin de chez soi dans des villes inconnues, ces séries et ces reps pour vous bâtir ce physique superbe, ces multiples tentations auxquelles vous avez résisté, tout cela trouve soudain sa pleine justification.
Actuellement à la recherche d’un équilibre dans ce monde irréel des concours fitness, Beth Horn, pro IFBB, reconnaît que la réalisation de tous ses rêves est parfois une arme à double tranchant. Néanmoins, elle affirme sans hésitation qu’elle n’échangerait pour rien au monde une seule minute de sa vertigineuse ascension.

DU RÊVE À LA RÉALITÉ
Beth est sorti de l’ombre en 2000 grâce à sa percée aux prestigieux championnats NPC. Depuis, elle sillonne le monde, enchaînant présentations et concours, poursuivant son rêve de gloire absolue dans le monde du fitness.
“Cela représente d’innombrables déplacements,” déclare-t-elle à propos de sa vie de professionnelle. “Je fais de nombreux allers et retours entre la Californie et New York. Il y a les séances photo, le travail pour Weider et les nombreuses visites à mon petit ami Sal [Princiotta, pompier et membre de l’équipe de foot des pompiers de New York] et, entre tout cela, je fais beaucoup de trajets plus brefs pour rester occupée.
“Mais j’adore cette vie — c’est ma passion,” ajoute-t-elle en tirant sur les laisses de Gabriella, son golden retriever, et de Cleo, son akita, qui, par leurs gémissements, expriment leur impatience de continuer la promenade.
C’est une belle journée de début d’automne au Grant Park de Chicago. La couverture nuageuse n’atténue pas la douceur de l’arrière-saison et une brise légère balaye les boucles blondes de Beth. “Je pense que j’ai vraiment de la chance d’avoir atteint ce niveau,” poursuit-elle, tandis qu’elle cède enfin et se laisse entraîner le long de l’allée. “Le travail a été dur et il l’est toujours. Quand j’ai obtenu ce contrat avec Weider, le rêve a rejoint la réalité. Il y a tellement de femmes prêtes à tout pour être à ma place: il faut que je prenne du recul et que je réfléchisse de temps à autre à la situation. Je ne me suis pas encore habituée à voir ma photo en ouvrant un magazine.”
Par contre, elle a eu du mal à tenir le cap. “C’est plutôt difficile de trouver un équilibre de vie,” reconnaît-elle. “Avoir mon compte de sommeil, voir tous mes amis, suivre mon régime, essayer de faire deux à trois entraînements quotidiens. Difficile de faire la part des choses. Souvent, je vis à cent à l’heure et puis je m’effondre. Je pense que comme beaucoup de pratiquantes fitness, on se surentraîne et on s’en rend toujours compte trop tard.”

“FIGURE”: NON MERCI!
Sur fond des célèbres Sears Towers, Beth rebrousse chemin et se dirige vers le loft à deux niveaux où elle vit avec son frère, Jeff. “Quand je fais mes séances de cardio à la salle, voilà ce que je peux contempler,” commente-t-elle. Elle fait allusion à ce gymnase privé qu’elle partage avec d’autres entraîneurs personnels, non loin du centre ville. Quand elle n’est pas en déplacement, Beth gagne principalement sa vie avec sa clientèle privée.
“De chez moi, c’est à peine à 5 minutes de voiture,” précise-t-elle. “J’arrive généralement à 6-7 heures du matin; je fais mon cardio, puis j’entraîne 4 ou 5 clients toute la matinée. À midi, j’ai fini.”
Heureusement, ses clients savent aussi se montrer indulgents pour ses voyages et ses compétitions. En principe, son prochain concours sera l’Arnold Fitness International en mars; notre championne de l’innovation envisage d’y faire la démonstration de quelques mouvements de puissance, nouveaux et impressionnants, qu’elle a intégrés dans sa routine sur le thème d’Elvis. “Mon père a construit ces escaliers délirants du Cirque du Soleil. En haut des marches, je monte lentement en appui tendu renversé, je descends en équilibre sur les mains puis, une fois en bas, j’inverse doucement le mouvement pour passer de l’A.T.R à l’équerre écartée.”
“Parvenir à exécuter parfaitement cette routine m’a demandé bien plus sur le plan mental que physique,” reconnaît-t-elle. “Personne n’a jamais fait cela. Cet enchaînement est le temps fort de ce programme conçu par Sal, admirateur enthousiaste d’Elvis.”
Et, bien sûr, la question que l’on pose inévitablement à toute compétitrice qui ne se nomme ni Worth ni Ryan: Beth envisage-t-elle un jour de se laisser séduire par les compétitions “figure” (catégorie physique) qui ne nécessitent aucun talent de gymnaste et sont moins éprouvantes pour le corps? “Je continue en fitness. La routine sur scène est un défi que j’adore relever” déclare-t-elle. “Je n’affirme pas que je n’irai jamais en “figure”: pour mon corps, ce serait 10 fois plus facile. Je redoute parfois mes cours de gymnastique.”

TOUJOURS PLUS HAUT
En physique ou en fitness, Beth a encore beaucoup à offrir à ses fans, et elle
va continuer à gravir les marches de la célébrité. En fait, en ce moment, ses yeux sont fixés à des centaines de pieds au dessus de la ligne d’horizon. “Je viens de me rendre à New York en jet privé,” raconte-t-elle soudain, tandis que ses chiots se précipitent vers un arbre qui ne s’attend guère à cette visite. “Je suis vraiment gâtée, non? Scott, un de mes collaborateurs, possède un avion privé de 13 places. C’était incroyable: j’avais l’impression d’être une star de rock.
“Je refuse de voyager sur un avion de ligne,” ajoute-t-elle en riant. “Désormais, mon objectif, c’est d’avoir mon jet à moi.”

M&F : muscle fitness France

Le nouvel ouvrage de Beth, The Natural, sera disponible en ligne au printemps prochain et dans quelques librairies.